skip to Main Content
Comment Développer Son Assertivité ?

Nouveauté !! Suivre le parcours présentiel « Communiquer pleinement – Gagner en agilité et intelligence relationnelle » Cursus 2021-2022

 

Pas si facile que cela de répondre à cette question tant les réponses peuvent être multiples, et les partis pris variés.

Les « tips » et autres « trucs et astuces » pour trouver des réponses me paraissent dangereuses, surfaites, superficielles et simplistes. Les relations humaines et les interactions sociales sont en effet complexes. Elles nous engagent personnellement. Avec nos histoires singulières et nos représentations. Développer son assertivité ne se résume donc pas à quelques conseils faciles et rapides applicables en un claquement de doigts et dans n’importe quelles situations.

Vouloir gagner en assertivité, c’est d’abord et avant tout identifier ce que cela signifie concrètement pour nous, et comment nous voulons être assertif. Se confronter à sa « non assertivité » (en tous les cas perçu comme tel) révèle souvent des inconforts, limites, préjugés conscients ou inconscients. Car si nous souhaitons être plus assertif, c’est que nous considérons que nous manquons de cette subtile « autorité bien placée » qui nous donnerait un sentiment de confiance en nous, de légitimité, et une plus grande audace dans notre capacité à nous affirmer.

Ce que nous voulons en poursuivant notre objectif d’assertivité c’est oser dire, défendre des convictions, respecter une position, recadrer quelqu’un, affirmer notre placetout en restant dans le respect de l »autre ». Nous souhaitons trouver les bons mots, argumenter sereinement, avec une fermeté qui soit acceptable par rapport à nos valeurs et à l’idée que nous nous faisons d’une intelligence de la relation.

Nous voulons aussi, pour la grande majorité d’entre nous, être appréciés, tolérés, inclus, considérés. La peur du rejet et de l’exclusion peut donc nous amener, dans certaines situations, à  nous entendre dire des choses qui ne sont pas celles que nous avions prévues, ou à minimiser une position ou un propos. La frustration nous envahit alors. Nous avons manqué de courage ou de détermination pensons-nous. Et le cercle vicieux du manque de confiance et du dénigrement peut nous faire perdre en réactivité et en audace.

Qu’est-ce que l’assertivité ? – Définition

On pourrait la définir comme la capacité à s’affirmer et à exprimer son besoin ou son propos en étant serein et constructif, en maintenant une posture « adulte/adulte », non « soumise », et non « manipulatrice » qui évite la fuite, l’agressivité et la revendication.

L’assertivité est une manière d’être à l’autre et à soi. C’est une « compétence » qui demande de l’agilité relationnelle, une bonne connaissance de soi, une capacité d’écoute des autres, et une propension à « mettre à distance » ce qui se joue dans une interaction et une communication interpersonnelle.

Qu’est-ce qui peut nous faire manquer d’assertivité ?

Notre éducation « à la française »

La plupart du temps, notre éducation « à la française » nous apprend à être « dans la norme« , dans l’hyper respect de la hiérarchie, dans une parole cadrée, mesurée, « juste », sans « aspérités ». Elle nous inculque le « non droit à l’erreur ». Elle nous amène à toujours plus de contrôle : contrôle de nos émotions, contrôle de nos mots, contrôle de notre communication non verbale, contrôle de nos comportements, voire contrôle de nos idées… Bref, nous baignons dans un océan de contraintes et d’injonctions que nous avons intériorisées et dont parfois nous ne questionnons même plus la véracité, la pertinence ou le sens.

Notre environnement professionnel 

Nous pouvons également être amenés à évoluer dans des environnements professionnels qui peuvent avoir des difficultés à entendre la divergence de propos, les prises de position originales ou innovantes, les personnalités affirmées ou encore l’importance de la relation et du dialogue dans la réussite d’une entreprise ou d’une équipe.

Education et environnement professionnels ne sont donc pas toujours propices à l’apprentissage de l’écoute de l’autre, au respect de soi, au respect de nos propres avis, au développement de notre intelligence émotionnelle et relationnelle, à la diversité de nos singularités. Défendre un propos, marquer sa différence ou tout simplement respecter ses propres besoins et les exprimer devient donc difficile, « hors du cadre », malvenu.

Nos pensées limitantes 

Parmi les pensées limitantes qui reviennent le plus souvent, j’en vois trois principales :

  • la peur de l’échec : elle va de pair avec la pensée que nous ne réussissons jamais ce que nous entreprenons et que nous ne sommes pas suffisamment compétent pour faire valoir notre propos. Que nous n’arriverons pas à faire part de notre vision des choses et de ce qui importe pour nous.
  • la culpabilité : sa voix nous dit que nous ne devons pas affirmer notre position sous peine que notre interlocuteur se sente mal et qu’il souffre à cause de nous ou qu’il soit mal vu par les autres par notre faute.
  • la peur du rejet : elle fait peser sur nous la menace de l’exclusion du groupe. En effet, si nous exprimons réellement ce que nous voulons et que nous enlevons notre « masque social », nous prenons le risque que personne ne nous aime ou nous apprécie à notre juste valeur. Nous craignons alors d’être la « mauvaise personne » de l’équipe, la traitre, la non solidaire…

Comment être plus assertif ?

Comme je l’ai expliqué plus haut, il n’y a pas de recettes magiques, tant la diversité de nos personnalités est riche et variée. Cependant certains « fondamentaux » peuvent nous aider et nous faire « monter en niveau de conscience » pour nous amener à plus de liberté dans nos mots,  à plus de présence à nous-mêmes pour libérer et déposer une parole qui doit être dite et exprimée.

En terme de posture mentale et comportementale nous sommes assertifs quand :

  • nous écoutons et « actons » la parole de l’autre et sa « vision du monde ». Ecouter n’est pas forcément accepter ou acquiescer. C’est respecter une éventuelle divergence de propos
  • nous prenons ce qui peut nous être dit comme une option possible (qui peut même être intéressante 🙂  et non « contre nous »
  • nous prenons l’habitude d’exprimer nos besoins avec précisions en expliquant « les tenants et aboutissants » de ces besoins tout en restant à l’écoute de la réaction de l’autre
  • nous savons refuser quelque chose en étayant ce refus avec des arguments construits que nous avons préalablement anticipés et/ou que nous expliquons ce refus en étant profondément aligné-e avec nos convictions. En règle générale, si nous ressentons cet alignement ancré en nous, nous faisons place à une forme de sérénité perceptible qui ne génère pas d’agressivité (ou qui la tempère).
  • nous savons convaincre en utilisant notre intelligence relationnelle, dans une grande sincérité. Toute tentative de manipulation ou de chantage affectif est donc à proscrire
  • nous acceptons également de ne pas toujours pouvoir convaincre
  • nous savons négocier en restant sur nos positions tout en considérant les positions des autres comme des perspectives intéressantes ou des pistes de réflexion qui peuvent, pourquoi pas, venir nourrir nos propres décisions ou propos
  • nous savons reformuler les propos de l ‘ »autre » pour mieux les comprendre et indiquer à l’autre que nous les avons entendus et considérés
  • nous nous exprimons à la première personne du singulier et évitons les « on » et « nous » alors que nous souhaitons défendre nos propos ou exprimer notre avis
  • nous demandons des explications concrètes et factuelles en opposition aux « grandes généralités » qui manquent de précisions
  • accueillons les « critiques » sereinement et les considérons comme des axes d’amélioration bienvenus avec lesquelles nous pouvons même être « d’accord »
  • maintenons une relation « adulte/adulte »  qui nous positionne de fait dans une interaction « équilibrée » où nous ne nous considérons pas comme « inférieur-e » ou « moins bien » que l’autre
  • nous prêtons attention à ne pas porter de jugement de valeurs « à priori »
  • facilitons les échanges en priorisant les formulations positives
  • veillons à ce que notre langage non verbal soit cohérent avec ce que nous disons (mimiques, fronçage de sourcils, visage fermé…)
  • proposons des solutions en cohérence avec ce que nous voulons (et non pas ce que nous ne voulons pas) et expliquons pourquoi ces solutions nous semblent pertinentes
  • savons également distinguer les points sur lesquels nous sommes d’accord avec notre interlocuteur
  • nous identifions d’autres modes de pensée que la pensée « standard » et « mainstream » et que nous nous autorisons à l’exprimer
  • nous permettons aux « autres » d’exprimer leurs craintes, peurs, préoccupations, colères mais aussi joies, plaisirs, souhaits… en étant nous-mêmes un exemple de cette « expression libre ».

Les onze commandements de l’assertivité – Proposition

Manuel J. Smith, (1934-2007) était un psychologue américain. Il a été parmi les professionnels qui ont écrit sur l’assertivité. Dans son livre « When I say no, I feel guitly »  (quand je dis non, je me sens coupable) première édition datant de 1976, voici la liste des « droits » qu’il propose pour travailler à son assertivité :

  1. Vous avez le droit de juger vos comportements, pensées, émotions. Vous en assumez la responsabilité et les conséquences que cela peut avoir sur vous
  2. Vous avez le droit de ne pas justifier votre comportement et de ne pas donner d’explication
  3. Vous avez le droit d’accepter ou de ne pas accepter de proposer des solutions aux problèmes des autres
  4. Vous avez le droit de changer d’avis et d’opinion
  5. Vous avez le droit à l’erreur et d’en accepter leurs conséquences
  6. Vous avez le droit de dire « je ne sais pas »
  7. Vous avez le droit d’avoir votre vision personnelle et  de l’affirmer au sein d’un collectif, sans qu’elle soit forcément partagée par tous
  8. Vous avez le droit de prendre des décisions qui paraissent « illogiques »
  9. Vous avez le droit de dire « je ne comprends pas »
  10. Vous avez le droit de dire « cela ne m’intéresse pas »
  11. Vous avez le droit de dire non, sans vous sentir coupable

Comme toute proposition, vous avez le droit de ne pas être d’accord sur tout :-)) (12ème commandement ?? :-).

Dans un article du journal « Le monde » du 20 novembre 2020, Edgar Morin, sociologue et philosophe français écrit « j’aime discuter avec les croyants, mais je n’aime pas les offenser ; ne pas offenser ni humilier est mon crédo éthique à valeur universelle : le respect d’autrui me demande de ne pas bafouer ce qui est sacré pour lui, mais je me donne le droit de critiquer ses convictions. Le respect de la liberté comporte ma liberté de parole« .

C’est à mes yeux une bien belle illustration de l’assertivité.

Un exemple très concret d’assertivité dans le monde de l’entreprise

Le contexte :

Un manager (qui n’est peut-être pas le roi ou la reine de la diplomatie, ni de l’assertivité…) fait cette remarque : « tu dois plus te montrer en réunion et prendre davantage ta place. Tu es trop transparent-e et tu ne mets pas suffisamment en avant les projets sur lesquels tu travailles. Tu dois  être plus visible. Sois plus présent ! »

Il est fort possible que l’intention de départ soit positive et qu’elle ne soit pas exprimée dans une perspective de nuire à la personne qui reçoit ce message.  Ceci étant, la formulation de ce manager ressemble davantage à une injonction et à un ordre. Elle comporte des jugements et ne prend pas en compte l’interlocuteur. Elle est formulée avec des mots négatifs (trop, pas suffisamment, tu dois, sois plus…). Elle ne propose pas de solutions.

La formulation assertive du manager :

Ce manager aurait pu formuler son propos de la manière suivante en évitant la confrontation ou une forme d’agressivité ou de « violence verbale »  : « J‘ai remarqué que sur les dernières réunions où tu étais présent-e, tu n’avais pas pris la parole ou que tu avais très peu parlé. Qu’en penses-tu ? Y aurait-il des raisons à cela ?

J’ai pour ma part toute confiance en ta capacité à valoriser les projets sur lesquels tu travailles et à mettre en avant tes compétences. A la prochaine réunion, je t’invite à prendre la parole plus longuement pour que les autres membres de l’équipe soient au courant de tout ce que tu mets en place et entendes ton point de vue. Serais-tu d’accord pour aller dans ce sens ? As-tu besoin de quelque chose de ma part ? »

En parlant ainsi, le/la manager acte des faits, demande à son/sa collaborateur-trice s’il y a des éléments qu’il/elle souhaite partager, lui fait part de sa confiance, lui propose un « passage à l’action » si cela est envisageable pour lui/elle, et lui demande s’il/elle a besoin de son soutien.

La réponse « à chaud » du collaborateur :

Quand il/elle entend la version « non assertive » sous forme d’injonction, le/la collaborateur-trice, également dans une version « non assertive » pourrait répondre :  » Ce n’est pas vrai, je suis quand même intervenu-e. Ce n’est pas très agréable de s’entendre dire que l’on est transparent-e.  Je ne comprends pas ce que tu me dis. Insinues-tu que je fais mal mon travail ? C’est toujours la même chose avec toi, on en fait jamais assez… »

En parlant ainsi, le/la collaborateur-trice se justifie, « juge » l’observation de son/sa manager, se met en position de victime et ne propose pas de solutions « amiable » constructive.

La formulation assertive du collaborateur :

« Tu me dis que tu souhaites que je sois plus présent-e et plus visible en réunion et que je prenne davantage ma place. Pourrais-tu préciser ce que tu entends par là ? Par rapport à quels critères ? As-tu des exemples concrets à me donner pour que je comprenne bien ?. Pour ma part, j’aime apporter une vraie valeur ajoutée, et quand je ne juge pas utile de parler, je préfère observer. Je peux en revanche préciser l’avancée des projets sur lesquels je travaille car cela reste factuel et permet à l’équipe de savoir où j’en suis. Cela te convient-il ?

En s’exprimant de la sorte, ce/cette collaborateur-trice se met en position « adulte/adulte ». Il/elle ne prend pas non plus la remarque comme étant un jugement de sa personne. Il/elle acte ce qui est dit, demande des précisions, explique sa manière de penser, et propose une solution.

L’assertivité, un chemin de développement personnel ?

Vouloir développer son assertivité, c’est prendre conscience que certaines situations de communication interpersonnelle nous mettent dans un inconfort qui questionne notre capacité à oser dire ce que nous souhaitons. Dans nos interactions quotidiennes en effet, nos pensées, émotions, comportements, actions ne correspondent pas toujours à ce que nous avions envisagé. Pour toutes les raisons indiquées dans cet article.

Quand nous souhaitons acquérir plus de confort, d’aisance et d’audace dans notre communication, nous travaillons à notre propre développement personnel. Nous construisons notre « moi idéal » dans le bon sens du terme. Nous veillons à respecter nos convictions, valeurs, certitudes.  Nous sommes en quête d’une « puissance » qui nous amène à respecter la personne que nous sommes. Nous voulons être « nous-même », dans la pleine singularité et générosité de notre être.

Gagner en assertivité peut donc être un formidable moyen de cheminement intérieur, de développement personnel et professionnel.

Je vous laisse avec cette phrase très inspirante : « Je ne suis pas ce qui m’arrive, je suis ce que je choisis de devenir« . Carl Gustav Jung.

Bonne mise en pratique 🙂

Mes bonus pour aller plus loin

Suivre le parcours présentiel « Communiquer pleinement – Gagner en agilité et intelligence relationnelle » Cursus 2021-2022

Les accompagnements que je vous propose

Mes podcasts sur ma chaine You Tube. Inscrivez-vous !

Merci de me laisser vos commentaires et de partager vos retours d’expérience ! Ils me seront très utiles pour vous proposer du nouveau contenu !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
A La Une

A ne pas manquer !

Mon dernier atelier en ligne :

Présent-e et aligné-e pour communiquer avec aisance et sérénité

Accédez à ma chaine YouTube et abonnez-vous !!

Mon programme 'Prise de parole présente' avec Petit Bambou
Mon dernier article de blog :
Mes suggestions pour vous :

Conseils, recommandations et exercices pratiques pour réussir votre prise de parole en public !

Ne partez pas les mains vides !

Merci.

 

Avant de recevoir l'ebook gratuit, vous devez valider votre inscription en cliquant sur le lien de confirmation envoyé par email à l'instant.