Le Syndrôme Du Mal De Mer : A éviter Pour Une Prise De Parole Convaincante Et Juste

    Parmi les 3 syndromes à éviter pour une prise de parole réussie, je vous ai fait déjà part d’un premier syndrome qui peut nuire à votre prise de parole, le syndrome Rolland Garros. Voici le deuxième :

    Le « syndrome du mal de mer »

    Cousin du « syndrome Roland Garros », celui-ci consiste à surélever les talons et à les redescendre à multiples reprises, comme si vous cherchiez à vous grandir. Il s’agit d’un tic gestuel qui est là pour vous rassurez vous, mais cela rassure-t-il les personnes qui vous écoutent ? Cela apporte-t-il quelque chose à votre discours ou présentation ? Avez-vous quelque chose à aller chercher ?

    Cette impression de « tangage » et de surélévation est inconfortable pour votre auditoire et peut donner l’impression d’une instabilité, à tous les sens du terme… Attention donc à ne pas donner la nausée à celles et ceux qui sont venus vous écouter.

    Vous risquez de renvoyer l’image de quelqu’un de peu sûr(e). Même s’il est parfois stressant de devoir parler en public, vous devez « prendre le pouvoir » et au minimum donner le change. Une expression anglaise dit « Fake it until you make it », que nous pourrions traduire par « Fais semblant jusqu’à ce que tu y arrives ». Je la trouve très adaptée.

    Pas de mauvaise interprétation : il s’agit là de « faire semblant » en allant chercher au plus profond de soi ce que l’on est parfaitement capable de faire hors contexte prise de parole. Comme si nous étions dans un jeu, seul(e) à la maison, en osant, sans public, préservé(e) du regard de l’autre mais… tout en étant face à un public… Nous « duper » gentiment en quelque sorte pour, petit à petit, lâcher prise et réellement incarner ce que l’on a à dire, en étant connecté à soi et sans jouer de rôle.

    Vous gagnerez en légitimité en étant stable, centré(é), aligné(é), « bien dans vos baskets »…

     Le 3ème syndrome ? Le syndrome du masque neutre