3 Piliers Qui Rendent Votre Communication Et Vos Prises De Parole Inspirantes

    Cet article de blog est une transcription de mon podcast #3. Il a donc été rédigé dans la perspective d’être dit à voix haute, dans une communication orale et non écrite. Si vous préférez l’écouter, avec ma voix, cliquez sur ce lien

    Bonjour à toutes et à tous !

    Encore une fois, ravie de vous retrouver pour ce tout nouveau podcast de ma chaine You Tube pour mon site internet Leson de ma voix. Com et bravo à vous de prendre le temps d’écouter pour progresser. Je vous propose aujourd’hui un exercice pour vous préparer à prendre la parole dans de bonnes conditions.

    Une des clés d’une bonne préparation est celle de la préparation mentale. Vous êtes un certain nombre à appréhender les situations de prise de parole car elles peuvent provoquer du stress et de la tension. Dans des cas très sévères de stress, certaines personnes souffrent de ce que l’on appelle la « glossophobie ». La glossophie c’est la peur panique de prendre la parole. Ce mot vient du grec « glossa », la langue et « phobos », la peur panique. Les symptômes sont nombreux :

    • augmentation de la pression  artérielle,
    • augmentation du rythme cardiaque,
    • augmentation de l’apport d’oxygène,
    • dilatation des pupilles,
    • assèchement de la bouche,
    • transpiration accrue,
    • tensions des muscles du dos et de la nuque,
    • voix tremblante et chevrotante,
    • parole dysfonctionnelle …

    Bref un festival de symptômes ! Sans aller dans cette explosion de symptômes, prendre la parole peut être stressant ou tout simplement engageant et s’y préparer vous permettra de mieux appréhender cette échéance.

    J’ai l’intime conviction que les techniques de développement personnel, de méditation, de relaxation, sophrologie, EFT, cohérence cardiaque… contribuent fortement à améliorer non seulement le rapport au stress, mais l’image que vous pouvez avoir de vous, en ce sens que plus vous travaillez votre propre développement et connaissance de vous-même, plus vous êtes en capacité de mettre à distance vos pensées nocives ou négatives, et vous devenez compétent pour formater dans le bon sens du terme, votre cerveau, de manière à acquérir plus de confiance, plus de bien-être et plus de confort.

    Une des compétences clés pour faire baisser la pression et vous conditionner à la réussite, c’est la gratitude. Gratitude envers vous-même, gratitude envers les autres, gratitude envers les événements de votre vie, gratitude envers les personnes que vous rencontrez, les échéances que vous vivez… Plus vous développez cette capacité à la gratitude, plus vous avez de chances d’être dans un non jugement par rapport à ce que vous allez ou avez réalisé, plus vous faites place à une disponibilité qui vous permet d’avoir de la présence et de l’impact dans votre communication.

    L’exercice que je vais vous proposer est à faire le plus régulièrement possible et je vous invite à l’intégrer dans une routine quotidienne, y compris quand vous n’avez pas de prise de parole à faire dans les jours ou minutes qui suivent. C’est vraiment à force d’entrainement que vous serez à même de réussir vos interventions orales. Le travail de la prise de parole est à faire régulièrement. Si vous êtes sujet au stress ou aux injonctions de perfection, il vous sera très utile de réduire votre exigence et de mettre le focus sur ce qui peut vous aider à prendre du plaisir et gagner en authenticité, en présence et en puissance.

    Passons plus concrètement à l’exercice

    Je l’appelle l’exercice des 3 piliers ou encore des 3 P.

    Quels sont ces 3 Piliers ?

    Le premier Pilier ou P est celui de Pause, mais pas n’importe laquelle, une pause de gratitude. Se « pauser » pour s’envoyer de la gratitude et envoyer de la gratitude aux personnes qui seront vos interlocuteurs ou votre public au sens large du terme.

    Le deuxième Pilier est celui de la Puissance. Reconnaître tout ce que l’on porte en soi, et accueillir ses pensées, ses émotions, son ressenti, être à l’écoute de son corps en adoptant une posture de puissance.

    Et le troisième Pilier, est celui de la capacité à visualiser vos Perspectives. Je veux dire par là, développer votre compétence à anticiper ce qui peut vous aider à ouvrir des perspectives de résultat quant à l’issue de votre prise de parole. Des perspectives qui peuvent être purement opérationnelles ou factuelles : par exemple obtenir un nouveau contrat, vendre un produit, décrocher un financement pour un projet… ou des perspectives qui font plus appel aux compétences relationnelles comme : fédérer une équipe, inspirer votre public, gagner en leadership. Ou encore, des perspectives plus « personnelles » comme : prendre plaisir à parler, oser aller au-delà de vos croyances et limitations. Plus vous visualisez, plus vous ancrez ces différentes perspectives, plus vous vous donnez les chances de réussir.

    Commençons l’exercice avec le premier pilier : la Pause de gratitude

    Mettez ce podcast sur pause à chaque fois que c’est nécessaire pour vous.

    Installez-vous confortablement si possible dans un endroit calme. Adoptez une posture assise ou si vous préférez, restez debout, et fermez les yeux. Commencez par vous concentrer sur votre respiration sans chercher à la changer. Identifiez la zone du corps dans laquelle la respiration se fait la plus présente : cela peut être le thorax, dans la partie supérieure de votre buste, votre ventre au niveau de l’abdomen, ou encore des perceptions plus fines au niveau de vos narines où l’air rentre et sort. Prenez quelques instants pour bien percevoir ces mouvements respiratoires. Mettez le podcast sur pause si nécessaire.

    Entamez plusieurs cycles de respirations profondes et percevez le temps dont vous avez besoin à l’inspiration et le temps dont vous avez besoin à l’expiration.

    Voyez ce que cela vous procure comme sensations. Voyez quelles sont les images ou pensées qui peuvent vous traverser dans ces moments où vous êtes conscient(e) du temps que vous passez à vous concentrer sur votre propre respiration. Voyez si cela change quelque chose à votre respiration, à votre rythme cardiaque.

    Pensez à présent à un événement qui vous a rempli de joie et de gratitude : ce peut être un événement professionnel ou plus personnel : un projet qui a abouti avec succès, un entretien professionnel ou une réunion qui se sont très bien passés, ou encore un magnifique jardin que vous traversez régulièrement, ou le soutien d’une personne qui vous est chère et pour qui vous avez beaucoup de gratitude.

    Emplissez-vous physiquement de toutes les sensations et émotions que cela engendre en restant connecté de toutes vos forces à ces sensations, à ce plaisir, à cette intensité émotionnelle. Si cela vous aide, vous pouvez esquissez un sourire. Cela vient d’autant plus ancrer la gratitude que vous percevez à cet instant.

    Enfin, imaginez le public qui sera le votre dans votre prochaine prise de parole ou communication. Public est à prendre au sens large du terme, ce sont les personnes avec qui vous allez entrer en relation. Voyez comment vous pouvez avoir de la gratitude pour les personnes qui seront vos interlocuteurs.

    Pourquoi ? Parce qu’elles vont vous permettre de vous exprimer, de vous challenger aussi peut-être. Et même si cela peut vous paraître stressant, cela peut vous faire avancer dans vos compétences relationnelles, donc, « gratitude » pour ces moments de partage à venir ou ces moments de défis personnels que vous allez être capables de relever.

    Passons à présent au deuxième Pilier, au deuxième P : Celui de la Puissance

    Comme je le répète souvent, bien communiquer ou bien parler demande de l’engagement. Cet engagement demande de la puissance.

    Amy Cuddy, une psychologue social américaine a fait toute une étude démontrant l’importance de la posture physique et du non verbal en expliquant que notre posture et notre non verbal influencent énormément notre physiologie et nos sentiments. En adoptant 2 minutes de postures de pouvoir, ou au contraire de posture de faiblesse, nous générons soit une augmentation de 20 % de testostérone en plus dans les postures de pouvoir, ce qui va avoir pour effet de faire baisser le stress, ou au contraire pour les postures de faiblesse une baisse de 10% de testostérone, ce qui augmente le stress. D’autre part le cortisol, l’hormone dite de stress, baisse de 25 % quand une personne adopte une posture de puissance et augmente de 15 % pour les postures de faiblesse.

    Faisons un exercice tout simple :

    Mettez-vous assis ou debout, comme vous préférez. Vous pouvez garder les yeux fermés ou les ouvrir si cela est plus facile pour vous.
    Sentez vos pieds sur le sol, la place que vous prenez sur ce sol, le poids de votre corps sur le sol ou sur la chaise sur laquelle vous êtes installé(e).
    Adoptez une posture droite, qui symbolise pour vous la force et la puissance, l’engagement et la confiance. L’assertivité et la congruence. Restez dans cette position quelques instants.
    Trouvez VOTRE posture de puissance à vous.

    Je vous invite à mettre en pause le podcast pour que vous puissiez réellement intégrer cette posture et vous en imprégner pleinement.

    Voyez ce que cela change ou provoque chez vous d’avoir adopté cette posture de puissance qui vient caractériser votre propre puissance. Si cela vous aide, vous pouvez noter sur un cahier ce que vous avez expérimenté.

    Terminons avec le 3ème pilier ou troisième P, celui de la capacité à visualiser et identifier les Perspectives d’une prise de parole réussie.

    Toute prise de parole, même anodine, débouche sur des perspectives, si petites soient t’elles, sauf que dans notre quotidien, nous n’y prêtons absolument pas attention, excepté peut-être les moments où nous sentons qu’il y a un enjeu.

    Comme je vous le disais tout à l’heure, ces perspectives peuvent être multiples : vous avez comme perspective d’obtenir un nouveau contrat, de vendre un produit, de décrocher un financement pour un projet, ou encore des perspectives qui font plus appel aux compétences relationnelles, c’est ce que je disais encore tout à l’heure : la perspective de fédérer une équipe, inspirer votre public, gagner en leadership. Ou plus simplement prendre plaisir à parler, oser aller au-delà de vos croyances et limitations. Bref, à chaque prise de parole son enjeu et ses perspectives.

    Voyons comment mettre en place une visualisation qui vous accompagne à encoder ces perspectives dans votre corps.

    De nouveau, revenez à vous là, à l’endroit où vous êtes, assis(e) ou debout et fermez les yeux.

    Retournez quelques instants à votre respiration. Puis voyez-vous dans un lieu dans lequel vous vous sentez particulièrement à l’aise. Cela peut être en intérieur comme en extérieur. Un lieu que vous connaissez si c’est plus facile pour vous ou un lieu que vous imaginez si vous avez une facilité à la visualisation.

    Voyez ce lieu avec le plus de précisions possibles : odeur, lumière, température, sons, objets, nature si c’est un lieu extérieur. Stimulez vos 5 sens : odorat, vue, ouïe, toucher, éventuellement le goût si cela s’y prête. Ceci de manière à vous sentir le plus possible en immersion pour mobiliser votre corps dans ses 5 sens. Mettez le podcast en pause si nécessaire.

    Je vous invite maintenant à formuler en une phrase votre perspective, en partant du principe qu’elle est déjà réalisée. Par exemple : « J’ai réussi à me présenter d’une manière convaincante » ou encore « j’ai su convaincre », ou « j’ai pris plaisir à faire cette présentation », « j’ai réussi à négocier ce contrat à fort enjeu »…

    Prenez le temps de formuler cette perspective réalisable et importante pour vous. Encore une fois, mettez sur pause si vous avez besoin de plus de temps pour la formulation.

    Vous êtes donc dans ce lieu propice au bien-être pour vous, avec votre perspective en tête. Vous pouvez mentalement projeter un écran devant vous sur lequel est écrit votre perspective en grosses lettres, avec des couleurs, des lumières qui clignotent… que sais-je encore, tout ce qui peut vous aider à visualiser cette perspective.

    Nous allons activer pour terminer, les 2 autres piliers que l’on a vus précédemment : la pause de gratitude et la puissance.

    En visualisant votre Perspective, emplissez-vous de gratitude pour vous-même et pour le partage que vous allez avoir avec votre « public » ou les personnes avec lesquelles vous allez interagir et échanger, et adoptez votre posture de puissance pendant quelques minutes. Mettez sur pause pour faire l’exercice afin de vous remplir de toute l’énergie et de la puissance de ces instants que vous vous offrez.

    Bravo d’avoir fait cet exercice ! Pratiquez-le quotidiennement afin que votre cerveau et votre système nerveux intègrent cette nouvelle mécanique, cette nouvelle « routine » et que vous puissiez programmer votre cerveau pour la réussite.

    Ainsi se termine ce 3ème Podcast, je serai très heureuse d’avoir vos commentaires et vos retours sur cet exercice des 3 piliers et je vous invite à vous abonner à ma chaine You Tube et à partager les podcasts sur les réseaux sociaux.

    Au grand plaisir, sincère, de vous retrouver !